- Les Marches et les Courses
- Les 9 temps du Dr de Sambucy
- Bibliographie du Dr de Sambucy

Stages

Déclinaisons de gymnastique orthopédique
- Gymnastique Respiratoire
- Étirements Essentiels
- Gymnastique Abdominale
- Gymnastique au Parquet
- Gymnastique Quadrupédique
- Gymnastique Accroupie
- Renversements du Tronc
Déclinaisons de gymnastique médicale
- Le Plan incliné d'Hippocrate
- Le Bâton à deux mains
- Le Sandow
- Les Haltères légères
- L'Espalier suédois
- Gymnastique du Visage
- Gymnastique des Organes

INSCRIPTION

- Objectifs
- Modalités
- Programme
- Inscription
- Bulletin d'inscription
Sites connexes :
massage-vertebral.com
stage-massage-suedois.com
detorsion-vertebrale.com

ANIMA

«La religion de l'âme doit se conformer à la loi du corps qui, avec les années, se développe, certes, et finit par assumer ses vraies proportions tout en restant cependant identique à ce qu'il était ». (St Vincent de LÉRINS, Vème siècle)

L'âme (du latin anima) désigne le principe de vie constitutif de l'état humain (corps, âme).
Tout geste procède toujours d'une intention et le même geste objectif peut résulter d'intentions différentes. Sous cet éclairage, le geste apparaît comme manifestation culturelle de civilisation.
Si aucune croyance de quelque nature que ce soit ne saurait être imposée aux personnes car contraire à la liberté de conscience et, ce faisant, au libre épanouissement de l’individu, il est à remarquer que la conception exclusivement psycho-physiologique de l'être humain reflète les moyens d'investigation dont elle est issue, à savoir  ceux de la science moderne et de son seul monde accessible, le profane et l'empirique.

Les gymnastiques modernes sont de cette conception et s'aliènent ainsi toute perspective supra-humaine.
A contrario et en se situant, par exemple, dans une perspective chrétienne régulière et licite, la vision est tout autre. Pour autant que le langage chrétien soit susceptible de parler encore à un Occidental qui en aurait gardé, quelques réminiscences même éparses, l'anthropologie biblique et patristique distingue, dans la nature humaine, le corps de la chair (en grec: soma et sarks) :
La chair est la force vitale commune à une certaine catégorie d'êtres vivants :
Toute chair n'est pas la même; mais autre est la chair des hommes, autre celle des quadrupèdes, autre celle des oiseaux, autre celle des poissons. (1 Co 15, 39)
Tout autre est le corps individuel de l'homme, qui n'a pas, comme la chair, un but pratique, mais a une destinée éternelle :
19 - Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du SAINT-ESPRIT qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez pas à vous-même ?
20 - Car vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu.
(1 Co 6, 19-20)
conception tripartite de l'être humain
Pour un exercice physique adéquat visant à la maîtrise des impulsions et des sensations, la distinction ordinaire et classique dans l'être humain entre le corps et l'âme est suffisante encore que cette conception strictement dualiste ne doit pas entraîner de confusion d'avec le monde spirituel qui est d'un autre ordre, ce  qui est de l'âme étant du domaine du psychique et non pas du spirituel. 
Envisager d'autres perspectives qui seraient d'ordre supra-humain, telles que dans certaines pratiques musulmanes, asiatiques, africaines ou amérindiennes, suppose au minimum une conception tripartite de l'être humain : corps - âme - esprit, en écrivant Esprit avec un E majuscule, pour éviter toute équivoque, encore que de telles références n'entrent généralement pas, sans distorsions réductrices fâcheuses, dans le champ conceptuel occidental.
..." Rendons au corps l'honneur de nous fournir un premier et solide degré. L'Église est pleine de braves gens qui passent une partie de leur vie à essayer l'oraison sans la réussir. Ne serait-ce pas que vous feriez un peu trop l'ange, je veux dire que vous comptez un peu trop sur les seules ressources de votre esprit ? Et votre corps, qu'en faites-vous ? Abandonné à lui-même, que saurait-il faire d'autre que de dormir ou vous tourmenter ? Ce grossier, ce malappris vous eût, dans sa naïveté, enseigné bien des choses. Pour éviter les coups de pied de frère âne (comme François d'Assise appelait le corps), vous n'avez donc jamais pensé que vous pourriez aussi bien monter sur lui ? Il aime tant à sympathiser sitôt qu'il vous sent bien en selle ! Oui, le corps peut prier."...

(Le Révérend Père Victor POUCEL, 1872 - 1953)

Un corps stable et détendu, un souffle rythmé et le silence intérieur, engendrent le calme et la vacuité de l'esprit nécessaire au recueillement, propice à une prière authentique ou plus généralement à la démarche spirituelle et inversement.

Gérard Monsterleet